"Augustine Picard"

L’envers du décor…
Hélène Boutard

Le Spectacle:

Après de nombreuses fouilles archéologiques, Augustine, membre de la Fédération Française des Guides Patrimoniaux Compétents, est en mesure de vous l’affirmer : là, juste sous vos pieds, se trouvent les vestiges d’un ancien théâtre.
Mieux ! Le berceau du théâtre grec en France !
D’anecdotes en digressions Augustine s’offre aux regards, profite des spectateurs présents pour être écoutée, être regardée, être écoutée.
Insidieusement la démonstration dérive.
Un vent léger de folie commence à souffler sur la scène et dans le public. Augustine perd le contrôle.
La visite la plus intéressante est sans doute celle qu’elle donne à son insu, sa petite visite intérieure, ou bien la visite de son petit intérieur.
Jouer le drame jusqu’à l’absurde, prendre plaisir à être tragique, donner à voir ce grand vide qui nous aspire, ce grand plein de solitude, de rêves illusoires, avec pour seul remède le rire.
Le rire, comme une politesse du désespoir

Ce qu’en dit la presse…

« Elle y met tout le cœur nécessaire, s’arrête sur des anecdotes, assure le service que
l’on attend d’un guide. Sauf que, petit à petit, on se rend compte que c’est elle qui
aurait besoin d’un guide parce qu’elle est perdue. Paumée. À l’intérieur, c’est le désordre le plus complet et si elle avance, c’est pour ne pas tomber du petit vélo qu’elle a dans la tête. Et si l’on rit, c’est parce que c’est plus drôle quand c’est tragique.
Créé par petites touches, lentement mûri depuis 2011, le personnage d’Augustine Picard a ceci d’attachant qu’il n’est pas aussi burlesque qu’il n’y paraît« .
Sud Ouest

« Et là, c’est aussi drôle que dramatique, on rit mais on finit aussi par avoir la gorge un peu serrée. Naufragée involontaire d’un monde où la solitude est ce qu’il y a de mieux partagé, ce premier spectacle seule en scène propulse Hélène Boutard parmi les comédiens à suivre« .
Club et Concert / Jean-Luc Eluard

« Utilisant tour à tour les ressources des arts du cirque, de la danse et de la chanson (La Castafiore en pâlirait de jalousie !), Augustine déroule devant nous, complices, le récit des grandeurs et décadences de l’Empire d’Augustine. Et ce que l’on ressent, c’est qu’effectivement tout empire dans cette existence étriquée où la solitude n’a pas encore réussi à tuer tous les rêves. L’amour, elle le rêve… plus qu’elle le vit. Il y a quelque chose de cruel et de touchant dans cette façon burlesque de dénier la souffrance, comme pour mieux l’exorciser. Et, si elle nous fait rire tout en nous émouvant, c’est que «l’espace» qui nous sépare d’elle n’est pas si grand ; d’ailleurs, au début de la représentation, n’occupions-nous pas cet espace qui est devenu maintenant celui où se joue la comédie de la vie d’Augustine… qui est aussi un peu la nôtre ? Nous aussi trouvons alors dans le rire un refuge salvateur. »
Inferno / Yves Kafka

 

 

Tarif plein : 15€ – Tarif réduit: 13€*
*(-18 ans, étudiants, adhérents, PMR, demandeurs d’emploi)

Abonnement : A partir de 3 spectacles : 11€/spectacle

Invitez vos amis à venir !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp